Chapitre 6 : A la recherche d’un appartement

2008-03-22_IMG_3686

Novembre 2007 – Janvier 2008

Je me suis demandée dès le début de mon contrat aux Pays-Bas si je devais chercher un appartement sur place ou pas. J’avais bien sûr ma chambre étudiante en Belgique, mais cela me faisait deux bonnes heures de route aller-retour par jour pour aller travailler. Et je ne parle pas de l’état de ma petite 205 qui avait déjà fait pas mal de kilomètres sur les routes françaises, suisses, belges, allemandes… Chaque jour, j’espérais que titine tienne encore un peu le coup et ne m’abandonne pas, enfin, plus, sur le bord de l’autoroute (ceux qui n’ont pas suivi cette aventure peuvent la relire ici). Car les pièces à changer se multipliaient et le garage Peugeot de Turnhout commençait à me connaître !

Et puis, vivre dans une chambre de 12 mètres carrés, partager douche et toilettes avec une poignée de colocataires, au bout de 7 mois, on a des envies d’espace! J’hésitais entre deux options: louer un appartement en Belgique ou aux Pays-Bas.

Dès mes premières semaines, mes collègues me demandaient quand j’allais venir habiter aux Pays-Bas, et l’une d’entre eux m’a même demandé si j’allais “acheter” une maison ! Acheter ? Cela faisait tout juste un mois que j’étais dans l’entreprise, j’avais tout juste passé la période d’essai et on me demandait si j’allais acheter une maison ?!?

Je ne savais même pas si j’allais rester aux Pays-Bas à la fin de mon contrat ! Je ne savais pas non plus quelles étaient les règles d’embauche, s’il était courant de proposer un CDI après un premier contrat d’un an ou pas. Et surtout, je ne savais pas si j’allais vouloir rester dans ce pays, sans mes amis et ma famille, si je ne trouvais pas de nouveaux amis ici.

J’ai vite abandonné l’idée de chercher un appart en Belgique pour éviter de compliquer les choses (une Française travaillant aux Pays-Bas et habitant en Belgique, j’imagine même pas la paperasserie !) et surtout car il aurait fallu que je loue un appartement pour un minimum de trois ans…

Les Néerlandais étant moins difficile de ce côté-là, il suffisait de louer pour un minimum d’un an, j’ai donc opté pour l’option intégrale Pays-Bas ! Liverpool FC, mon collègue anglais, m’a conseillé de choisir Eindhoven plutôt que Weert pour y élire domicile, argumentant qu’il y était plus facile de trouver un logement et que ce n’était qu’à 20 minutes en voiture (ou en train) de Weert. Et enfin, il y avait plus de choix d’activités pour une personne seule. J’ai donc limité ma recherche à Eindhoven.

Après avoir passé quelques heures sur différents sites internet de location d’appartements, je me suis rendu compte qu’il allait falloir que j’économise quelques mois de salaire pour pouvoir payer un mois de loyer + un ou deux mois de caution + l’achat de meubles sans oublier les frais d’agence… ! Oui, je vous entends dire que je pouvais aussi louer un logement déjà meublé, mais tant qu’à faire, autant emménager dans un environnement complètement à moi, et pas dans un logement déjà meublé et hors de prix.

Cet appartement est donc resté au stade de projet pendant quelques mois.

Puis, fin décembre est arrivé avec son treizième mois et même un petit bonus de l’entreprise versé à chacun de ses employés et proportionnel au nombre de mois travaillés. Résultat : assez d’économies pour réveiller mon projet d’appart !

A la mi-janvier, je me suis inscrite dans deux agences immobilières de Eindhoven, Rots-Vast Groep et Direct Wonen. Ma recherche a pris un bon coup d’accélérateur et dix jours plus tard, j’avais visité 3 appartements. Le premier était très mal placé, dans une espèce de cour intérieure et l’accès se faisait par un escalier de secours… pas très pratique pour emménager ! J’ai dit non tout de suite et l’agent immobilier m’a assuré que je ne trouverais pas mieux que ça dans la catégorie de prix que j’avais demandée, s’énervant presque parce que je ne voulais pas cet appartement. Raison de plus pour ne pas signer ce contrat !

La visite de l’appart numéro 2 a été plutôt folklorique : j’étais arrivée quelques minutes en retard et ne voyant personne à l’extérieur du bâtiment, j’ai sonné à l’interphone au numéro correspondant. La porte s’est ouverte et je suis montée à l’étage qui m’avait été indiqué. Des bruits de voix, une porte grande ouverte au milieu du couloir, je suis entrée. Et là, ô surprise ! Une dizaine de personnes était en train de visiter l’appartement ! Une fois la visite terminée, il nous fallait remplir un papier si on était intéressés, pour que le propriétaire puisse choisir son locataire. Le carrelage noir et blanc façon échiquier de l’entrée me répugnait, mais bon, j’ai quand même rempli le document.

Nom… Prénom… Sexe… Age… Nationalité… Religion… Quoi ??? Originaire d’un pays laïque, j’ai laissé un blanc. Profession… Salaire mensuel… ! Ah ouais, quand même ! Type de contrat de travail… Adresse et numéro de téléphone… Je me suis demandé si ça valait vraiment la peine que je complète le document ! J’ai rempli ce que j’ai pu, déposé le questionnaire sur la pile et je suis partie. Je n’ai bien sûr jamais eu de nouvelles !

La visite de l’appart numéro 3 était aussi une visite groupée, mais à la différence du précédent, j’étais bien d’accord pour y habiter ! Il me plaisait bien celui-là ! Malheureusement, là aussi, on a dû remplir un formulaire et je n’ai pas été choisie.

Après cette dernière visite, je scrutais tous les nouvelles offres de location et ce lundi 28 janvier 2008, la chance m’a souri ! Un dernier coup d’oeil sur les nouveautés avant d’aller au travail et j’ai repéré ce petit appart d’une quarantaine de mètres carrés dans mes prix. J’ai appelé dès l’ouverture de l’agence immobilière et pris rendez-vous pour une visite le soir-même. A ma grande surprise (et joie!), j’étais la seule visiteuse et après un petit tour du logement, j’ai dit oui sans hésiter. Surtout, pas de papier à remplir, le propriétaire avait l’habitude d’avoir des étrangers, des étudiants, des expats dans sa maison !

Un coup de fil de l’agence dans la soirée m’a confirmé que cet appart m’était réservé et deux jours plus tard, les frais d’agence étaient réglés. Je ne devais recevoir les clefs que fin février mais j’étais bien contente d’avoir trouvé un nouveau toit et de pouvoir quitter ma chambre d’étudiante. Je faisais déjà mes plans pour l’organisation de l’espace…

Publicités

4 réflexions sur “Chapitre 6 : A la recherche d’un appartement

  1. Pingback: Chapitre 8 : Entre Belgique et Pays-Bas | La vie en orange

  2. Pingback: Chapitre 9 : Pays-Bas, me voilà ! | La vie en orange

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s