Vastelaovend (2ème partie)

Je continue sur ma lancée avec le thème du carnaval et m’attarde aujourd’hui un peu plus sur le déroulement des festivités.

Tout commence le 11 novembre de chaque année à 11h11 lorsque la nouvelle saison du carnaval est ouverte. Et qui dit cérémonie d’ouverture dit grande fête ! A partir de là, le rythme des fêtes s’accélère jusqu’à atteindre son sommet pendant la période de carnaval : les cinq jours avant le Mercredi des Cendres.

Cette mini semaine de fête clôt de longs mois de préparations, pendant lesquels les associations fabriquent leurs costumes et leurs chars. Les soirées à thème parsèment les mois séparant l’ouverture de la saison et la semaine de carnaval. Citons par exemple le « boerenbal » (le bal des paysans), soirée pendant laquelle tout le monde se déguise en paysan des siècles passés. Lors de cette soirée, un paysan et une paysanne sont choisis dans l’assemblée pour être « mariés ». De la même façon, toute une « famille » est constituée en choisissant des personnes au hasard dans le public pour organiser le « mariage ».

Le boerenbal

Le boerenbal

Des princes sont aussi élus pour la période de carnaval. Ainsi, chaque année, environ six semaines avant la fête de carnaval, un nouveau prince est choisi dans chaque association, et parfois même un deuxième parmi les juniors. Leur utilité ? Organiser, avec l’aide du « Raad van 11 » (Le conseil des onze) les activités de l’année à venir concernant carnaval. Une semaine avant le début du carnaval, le maire remet au prince les clés de la ville, de façon symbolique, lors d’une cérémonie appelée « sleuteloverdracht ». Et là, la fête peut vraiment commencer ! La ville est entre les mains des « fous » pendant quelques jours.

Les princes de l'association Rogstaekers

Les princes de l’association Rogstaekers

Remise des clés de la ville

Remise des clés de la ville

Le week-end du carnaval, des défilés de chars décorés et de personnes déguisées sont organisés un peu partout. Les associations sont reconnaissables tout de suite car toutes les personnes portent le même costume. Bien sûr, pas besoin de faire partie d’une association pour mettre un costume et participer à la fête ! Tout le monde peut se joindre aux festivités !

Certaines personnes prennent même congé pour pouvoir fêter du vendredi soir au mercredi matin ! Bon, ce n’est pas du non stop, hein, ils rentrent chez eux au petit matin pour dormir et le soir, après un petit tour à la friterie du coin, c’est reparti ! Ils enfilent leur déguisement et se préparent à danser dans un décor multicolore, au rythme des chants de carnaval. Ah oui, et n’oublions pas de bien arroser avec quelques litres de bière, bien sûr !

Il n’est pas rare non plus d’entendre que certaines personnes quittent le pays pendant ces quelques jours d’activités intenses au centre-ville ! Car celui qui habite au centre-ville et souhaite dormir pendant la période du carnaval fait bien d’investir dans de bonnes boules Quies !

En tout cas, pendant cette période, si vous habitez ou passez par l’une des provinces fêtant carnaval, vous aurez certainement l’occasion d’apercevoir quelques personnes costumées sur la route du travail, dans le train, devant les écoles ou au supermarché.

Pour couronner le tout, des journaux gratuits et multicolores sont distribués dans les boîtes aux lettres pour tenir la population au courant des activités et festivités de chaque association. Le seul hic, c’est qu’ils sont écrits en dialecte, alors la première fois qu’on les voit, on se demande quelle langue ça pourrait bien être…

DSCF5219_1

DSCF5222_1

Ah oui, je ne vous en ai encore jamais parlé (tiens, ça me donne un sujet pour un futur article ! 😉 ), mais un peu partout aux Pays-Bas, il existe des communautés qui parlent une langue dérivée du néerlandais et qui est un peu différente dans chaque ville et village. Ainsi, à Weert, on parle le « Wieërts » ! Comme ça fait presque 7 ans que j’habite ici, je m’y suis habituée et je commence aussi à pouvoir le lire et le comprendre, mais de là à pouvoir suivre toutes les festivités du carnaval en dialecte, je n’y suis pas encore !

Car tout comme dans le carnaval allemand (la version de Cologne par exemple, pour ceux qui connaissent), des spectacles sont organisés avec notamment des gens locaux qui font des sketches sur l’actualité (très souvent l’actualité politique). Et comme en Allemagne, ces sketches sont écrits dans le dialecte du coin…

Je n’ai moi-même pas souvent eu l’occasion d’être sur Weert pendant le week-end de carnaval et n’ai donc jamais assisté au défilé de chars, mais qui sait, cette année pourrait être la première !

Publicités

2 réactions sur “Vastelaovend (2ème partie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s